EPST : voici ce que réclament les enseignants avant la reprise des activités scolaires

Par Jean-Hilaire Shotsha

Alors que le ministre de l’enseignement primaire, secondaire et technique (EPST) a déjà dévoilé son calendrier réaménagé pour la reprise des activités scolaires le 3 août prochain, les enseignants, eux ne sont pas d’accord. Ils posent quelques préalables avant cette rentrée.

Une nouvelle date de reprise

Réunis ce mercredi 29 juillet 2020 à Kinshasa, la synergie des syndicats des enseignants de la RDC proposent entre autres : la date du 17 août, soit deux semaines après celle prévue par le ministère pour permettre aux écoles de procéder aux travaux d’assainissement. Ainsi, les épreuves d’Exetat vont se dérouler du 12 au 15 octobre 2020. Les élèves des classes montantes seront simplement délibérés et attendront l’année scolaire 2020-2021.

Paiement des NU avant la prochaine année scolaire

Les enseignants exigent que les évaluations certificatives ENAFEP et EXÉTAT soient organisées dans le contexte de la gratuité de l’enseignement étant donné qu’une ligne budgétaire couvre cette dépense. Ils sollicitent l’audit immédiat du SECOPE pour assainir le fichier de paie et envisager, avant la rentrée scolaire 2020-2021, la réforme de cette institution permettant de payer les vrais enseignants NU.

La santé des enseignants

Les syndicats des enseignants exigent également la restitution, toutes affaires cessantes de la mutuelle de santé de l’EPSP (MESP) à ses vrais membres pour assurer les soins de santé de qualité à tous les enseignants. Une mise sur pied d’un programme de formation continue des enseignants pour améliorer la qualité de l’enseignement. Ils sollicitent l’annulation de tous les arrêtés de permutation et de suspension arbitraire qui frappent les hauts cadres de l’enseignement. L’affectation de la paie des enseignants à la direction de la paie de la fonction publique pour sécuriser la carrière d’enseignants.

Démission du ministre

Profitant de cette occasion, les enseignants ont exigé la démission du ministre de l’EPST, Willy Bakonga pour gestion cavalière du secteur de l’enseignement. Ils ont plaidé pour la prise en compte de la situation socio professionnelle des inspecteurs et du projet Un toit pour l’enseignant pour permettre aux enseignants de se procurer d’un logement.

Enfin, les enseignants congolais ont demandé au Procureur Général de la République de se saisir de la plainte introduite office par le député Tony Mwamba pour dégager les responsabilités du ministre de l’EPST.

Read Previous

RDC/Covid-19 : Et si le Gouvernement rendrait l’Exetat et Enafep gratuit ?

Read Next

RDC : « Nous avons constaté un comportement attentiste face au changement », Justus Tshikona

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *