RDC : En sit-in devant le ministère de l’EPST, les enseignants exigent la démission de Willy Bakonga

Jean-Hilaire Shotsha

Des dizaines d’enseignants réunis en synergie des syndicats des enseignants de la République démocratique du Congo se sont mobilisés, ce vendredi 31 juillet 2020 pour réclamer la démission du Ministre d’État en charge de l’enseignement Primaire, Secondaire et Technique, Willy Bakonga mais aussi, dire non à la reprise des activités scolaires prévue ce lundi 3 août.

« Nous exigeons la démission du Ministre Bakonga Willy pour sa gestion cavalière de l’EPST, gratuité du TENAFEP et de l’EXETAT pour les écoles publiques et privées, la Mutuelle de santé de l’EPSP (MESP) doit revenir aux enseignants et non aux prédateurs, non à la politisation du système éducatif, SYNIECO exige l’amélioration des conditions sociales des inspecteurs »…, au tant de phrases, peut-on lire sur les différents calicots et banderoles.

Dans le calme, les marcheurs sont partis du palais de la Justice, en passant par le ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique, le secrétariat général à l’EPST jusqu’à la Présidence de la République où les représentants de la synergie des syndicats des enseignants ont déposé leur mémorandum avec des chants hostiles contre le Ministre Bakonga.

« Nous n’avons pas pu rencontrer le Directeur de cabinet du Chef de l’État. Mais nous venons de prendre un engagement avec l’office pour que la lettre de demande d’audience soit déposée urgemment, afin que nous puissions présenter notre mémorandum au Président de la République », a précisé Jean Bosco Mpuna, secrétaire général du syndicat national des écoles conventionnées catholiques (Synecat).

Jean Bosco Mpuna exige quelques conditions avant que la reprise des activités scolaires soit effective sur le territoire national « Nous n’allons pas reprendre les activités scolaires ce lundi 3 août 2020. Nous revoyons le calendrier au 17 août à condition que les écoles soient dotées des mesures de sécurité sanitaire et dépister obligatoire tous les enseignants et élèves », dit le SG du Syndicat.

Et de poursuivre : « En ce qui concerne le paiement de frais, nous sommes dans un contexte de gratuité et il y a un budget pour les ENAFEP et EXÉTAT. Il est hors de question qu’on exige aux parents de payer. Nous demandons à tous les parents de résister à cette demande cavalière du ministre… ».

Rappelons qu’une autre frange des syndicalistes des enseignants et inspecteurs de l’EPST réunit au sein des leaders syndicaux soutiennent la date du 3 août 2020 pour la reprise des activités scolaires.

Read Previous

EPST : Bras de fer entre les syndicalistes sur la reprise des activités scolaires

Read Next

EPST : Le Président Tshisekedi instruit le Gouvernement à diligenter une enquête au sein du SECOPE

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *