RDC/Covid-19 : Et si le Gouvernement rendrait l’Exetat et Enafep gratuit ?

Par Joslin Lomba

Après plus 4 mois de vacances suite à la pandémie de COVID-19, les élèves de 6e primaire et 6e secondaire reprennent le chemin de l’école le 3 août 2020. Comme dans tous les pays du monde, certains parents ont perdu leur emploi en RDC. Et si le Gouvernement rendrait l’Exetatet l’Enafep gratuit?

Personne n’ignore que la RDC fait face à une crise économique. Le pouvoir d’achat des congolais a sensiblement baissé d’une part et la dépréciation du franc congolais d’autre part. L’état d’urgence sanitaire déclaré par le président Tshisekedi depuis le 24 mars 2020 a suspendu plusieurs activités socio-économique. Cette mesure a mis certains parents dans le chômage.

Face à cette situation, plusieurs parents seront incapables de pays les frais de participation à l’Examen national de fins d’études primaires (ENAFEP) et de l’Examen d’État. Et cela pour cause, la majorité des parents ont perdu leurs emplois et le capital pour les commerçants. D’autres seront mis dehors par les bailleurs, car, ils n’ont plus de moyens de payer les loyers. Si l’état congolais décidait de rendre gratuites ces épreuves, Ça sera un soulagement.

« Mon enfant ne va pas présenter ses épreuves d’examen d’État parce que je n’ai pas d’argent pour terminer les frais de scolarité et payer le droit de participation », fait savoir Cécile Kapinga, mère d’un élève de 6ème secondaire. Et d’ajouter : « Avant l’état d’urgence, je travaillais comme servante dans un restaurant de la place. Maintenant c’est depuis mars le patron nous a demandé de rester à la maison. Où je trouverai l’argent ? ».

Je penses que seule la gratuité de l’enseignement ne suffit pas, les parents auront du mal à assumer certaines responsabilités liées au frais de transport, le frais de l’Examen d’Etat, Enafep et consort. La responsabilité incombe au Gouvernement qui a l’obligation à travers son plan de déconfinement d’apporter des solutions concrètes à la préoccupation des parents qui sont incapables de retourner les enfants à l’école.

Read Previous

Kinshasa : Retour sur une marche sans gaz lacrymogènes

Read Next

EPST : voici ce que réclament les enseignants avant la reprise des activités scolaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *