Baisse des produits surgelés en RDC : Pourquoi les importateurs boudent encore ?

Par Jean-Hilaire Shotsha

Les prix des produits surgelés importés devraient être revus à la baisse après la signature, le 12 août dernier, d’un procès-verbal entre le gouvernement congolais et les opérateurs économiques. Les prix traînent toujours à baisser. Pendant ce temps, l’accord fixe les nouveaux prix des produits tels que les cuisses de poulet (10Kg) à 15.9 USD, le poulet entier (10 Kg) à 15.5 USD, les côtes de porcs (10Kg) à 16.8 USD ou encore les chinchards à 1.44 USD/Kg.

Les produis surgelés à Kinshasa restent toujours volatiles. Sur le marché, les commerçants continuent à maintenir voire augmenter les prix des vivres frais, notamment les poulets, poissons chinchards, cotis et autres. Pourquoi les importateurs ne veulent pas réajuster les prix après l’élimination de 36 éléments dans la structure des prix ?

Une mafia organisée par des autorités

C’est devenu une coutume. Beaucoup d’autorités du pays sont à la base de la misère multiforme du peuple congolais. Qui aurait cru que certaines autorités provinciales s’approvisionnent gratuitement chaque fin du mois auprès des importateurs. Ces sociétés importatrices des produits surgelés posent cet acte de charité dans le but de bénéficier de leur protection. Grave encore, ces importateurs des produits surgelés n’ont pas eu le courage de les dénoncer lors des discussions avec le gouvernement, via le ministère de l’économie nationale. « Chaque mois, dans plusieurs ville de la RDC, les autorités politico-administratives de Kinshasa et Matadi en particulier, ont droit à une ration alimentaire. Ces dernières s’approvisionnent gratuitement des vivres (poulets, poissons, cuisse, huile, riz et autres). C’est le don des importateurs », fait savoir le Gérant d’une société rencontré à Matadi qui a requis anonymat.

Ce qui est plus grave, toute cette chaîne de dépenser est incluse dans la facturation. Cette pratique qui est qualifiée de corruption par certains observateurs et facilite la fraude douanière. Il est l’un des éléments qui bloque la baisse des produits surgelés malgré la signature du procès-verbal.

EGAL RDC se cache derrière la fraude douanière…

Bien auparavant, dans une correspondance adressée au ministre de l’économie nationale, la société EGAL a rappelé que, tant que la pratique de fausses déclarations douanières, par la communication des valeurs Fob et CIF manifestement sous-évaluées à la douane, sera tolérée et que les structures des prix revient des produits seront manipulées en aval, il y aura jamais de vrais prix de vente sur le marché.

« En effet, se basant sur les valeurs CIF fausses, sous-évaluées, déclarées à la douane par les importateurs indélicats, il ressort selon les structures des prix de revient régulièrement établies suivant l’arrêté ministériel 034, que leurs produits auraient dû être aux moyens ou encore plus bas, et non aux prix fixés par ce compromis. Ceci est une regrettable prime à la fraude, une solution inadéquate pour la résolution de la problématique des prix sur le marché », peut-on lire.

Face à ce malentendu, EGAL n’a pas paraphé le procès-verbal qui, selon elle, accorde le bonus de l’indulgence du gouvernement aux repentis sans aucune sanction, mais dont la pénitence est malheureusement imposée indistinctement à tous, même à ceux qui, comme EGAL n’ont pas versés dans la fraude douanière.

Read Previous

RDC : Le Premier Ministre réconforte les blessés de guerre

Read Next

Kinshasa : Des fabricants et consommateurs de la drogue « bombé » traqués

One Comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *