RDC-EPST : YMAE ONG sensibilise sur la base légale de l’Enseignement à distance et en ligne

La Rédaction

L’enseignement à distance (ou e-learning) est un moyen de se former et de valider un diplôme à distance, c’est-à-dire sans avoir besoin de se rendre dans une école pour assister aux cours. Comme dans d’autres pays du monde, la République démocratique du Congo, RDC, à travers le Ministère de l’enseignement primaire secondaire et technique, procède à la généralisation de l’enseignement en ligne de son système éducatif. C’est dans ce cadre que l’ONG YMAE (The Young men action for Education) sensibilise les congolais.

Selon Serge Bondedi Eleyi, Secrétaire général de cette ONG partenaire éducatif, les parents, les enseignants et les élèves doivent dorénavant s’accommoder à l’utilisation de l’enseignement à distance et en ligne. Il a affirmé que l’Enseignement à distance dispose d’un soubassement légal abondant.

Le secrétaire général de YMAE souligne que ce type d’enseignement est réaffirmé légalement dans le système éducatif congolais au moyen de : l’ordonnance 71-055 du 26 Mars 1971 portant organisation de la Formation professionnelle au Zaïre (à l’époque) ; Loi-Cadre de l’Enseignement n° 14/004 du 11 Février 2014 principalement au point 15 de son exposé des motifs et spécialement en ses Articles 7.10 & 12; 9. 5 & 16 ainsi que l’article 18 ; l’arrêté n° 0026/2021 du 27/01/2021 portante création du Cadre Institutionnel de l’enseignement à distance au sein de l’EPST et la note circulaire n° MINEPST/CABMIN/1057/2021 du 07 Septembre 2021 portant frais de scolarité exercice 2021 – 2022 en son point 1.2.6.

Malgré que l’accès à internet en RDC pose problème, YMAE croit à la mise en place progressive de l’enseignement en ligne. « Tous les pays qui sont arrivés n’ont pas commencé là ! Une réforme n’est pas une révolution où tout s’arrête et tout repart à zéro ! Une réforme est évolutive », dit Serge Bondedi.

Pour rappel, ce projet répond à la stratégie quinquennal 2021-2025 de l’YMAE visant à promouvoir l’accès et la rétention à l’éducation de qualité des populations en appuyant l’accès aux sciences techniques et à l’utilisation des outils technologiques modernes des élèves de l’enseignement technique en RDC.

Read Previous

RDC : Sankuru et l’espace Kasaï restent le berceau de la pauvreté

Read Next

Kinshasa : Après l’échec de la technologie Ngobila, Sama Lukonde lance le projet Kinshasa « Zéro trou »

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *