RDC : Sankuru et l’espace Kasaï restent le berceau de la pauvreté

La Rédaction

République Démocratique du Congo, l’un des pays le plus riche de la planète terre par ses immenses potentialités du sol et du sous-sol, mais sa population reste la plus pauvre de l’Afrique Subsaharienne. Elle est le seul pays du continent qui va attirer l’Afrique vers le bas. Face à ce désastre social, la population congolaise continue à croupir dans l’extrême pauvreté sans précèdent. Et pourtant, le Congo-Kinshasa a signé depuis 2015, et s’est engagé à atteindre les Objectifs de Développement Durable, ODD, à l’horizon 2030. Ils visent, notamment mettre fin à l’extrême pauvreté qui touche plus les populations des milieux ruraux, éradiquer la faim et les maladies, promouvoir un accès équitable pour tous à une éducation de qualité à tous les niveaux, aux soins de santé et la protection sociale…

Dans un rapport intitulé « Examen National Volontaire des Objectifs de Développement Durable », de l’Observatoire Congolais du Développement Durable, OCDD, l’une des structures du Ministère du Plan mise en place depuis 2016, indique que la République Démocratique du Congo n’a atteint jusqu’à présent aucun des objectifs de développement durable. Il serait difficile pour que le pays de Félix Tshisekedi puisse atteindre l’agenda 2030 voire, se développer d’ici 2030.

Avec des chiffres à l’appui, le filet de protection sociale démontre que 3/4 des congolais, vivent avec moins d’un dollar par jour. La RDC reste un des pays au monde présentant la prévalence de la faim la plus élevée, avec des chiffres qui font froid au dos. Entre 2015 et 2019, le nombre de personnes souffrant de l’insécurité alimentaire aigué est passé de 5,9 millions à 15,6 millions de personnes, soit une hausse de 164,40%. Lutte contre la faim reste une rêverie au pays des beaux parleurs, 55,8% de la population congolaise en souffre avec une sous-alimentation chronique dont 41,8% d’enfants de moins de 5 ans sont en retard de croissance.

La pauvreté demeure omniprésente en RDC, dont le taux reste le plus élevé dans les milieux ruraux, le Sankuru et l’espace Kasaï sont considérés comme le berceau de la misère, où la population vit avec un seuil de 1.250 FC, soit 0,5 dollar par jour. Avec la volonté politique, il est possible de désenclaver 107.000 villages que compte le Congo-Démocratique.

Pour certaines têtes pensantes du pays, le miracle est encore possible pour éradiquer la pauvreté en République Démocratique du Congo, dans peu de temps. Pour faire reculer le mur de la pauvreté en RDC, les autorités doivent penser à la revanche du sol et du sous-sol, tout en mettant en exergue les 120 millions de terre arable et irrigable. Elles sont appelées à peaufiner des stratégies, afin d’atteindre les différents Objectifs de Développement Durable, ODD, à l’horizon 2030 même si la route est encore longue.

Read Previous

RAM : « Aucun homme fort ne peut défier indéfiniment et vaincre un peuple conscient de sa situation », Jonas Tshiombela

Read Next

RDC-EPST : YMAE ONG sensibilise sur la base légale de l’Enseignement à distance et en ligne

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *