Kinshasa : Après l’échec de la technologie Ngobila, Sama Lukonde lance le projet Kinshasa « Zéro trou »

Par Jean-Hilaire Shotsha

Il suffit de vous promener à travers la ville de Kinshasa pour constater çà et là des chantiers inachevés, parfois abandonnés sans raisons. En RDC, tous les gouvernements qui se succèdent semblent être experts des œuvres inachevées, pour ne pas citer les promesses irréalisables. Aujourd’hui, Kinshasa semble être considéré comme la première capitale mondiale des chantiers inachevés.

« J’invite le gouvernement de la république à respecter les décaissements afin de parachever les travaux. Je n’accepterai pas chantiers inachevés pendant longtemps, car j’ai un bilan à présenter aux congolais », déclarait le président Tshisekedi en décembre 2019.

En juin 2020, le gouvernorat de Kinshasa a acquis des engins permettant de boucher un seul trou sur la chaussée en seulement 15 minutes dans le but de rendre fluide la circulation sur les routes de la capitale « j’ai opté pour cette technologie déjà connue à l’étranger qui consiste à boucher les nids de poule sur les chaussées en seulement 15 minutes. Nous commençons dans un 1er temps à travers 11 communes », se ventait, un vendredi 19 juin, le gouverneur Gentiny Gentiny Ngobila sur son compte twitter.

Droit tiers

Sama Lukonde vient au secours

Le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, a lancé, ce jeudi 14 octobre 2021, les travaux du projet Kinshasa « zéro trou », au croisement des avenues Victoire et Université, dans le district de la Funa à Kinshasa. C’était en présence du Ministre d’Etat en charge des Travaux publics et Infrastructures, Alexis Gisaro, et du Gouverneur de la ville province de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka qui a échoué avec sa technologie consistant à boucher les nids de poule sur la chaussée en seulement 15 minutes.

Le projet Kinshasa zéro trou est une initiative du Gouvernement de la République, sur instruction du Chef de l’Etat. Il est piloté par le Ministère des Infrastructures et Travaux publics en collaboration avec la ville province de Kinshasa, sur financement du Trésor public.

De Kabila à Tshisekedi, comme de Kimbuta à Ngobila, les travaux de construction et réhabilitation de plusieurs artères et autres ouvrages de la ville de Kinshasa sont interminables. Les autorités congolaises embrassent plusieurs projets à fois, par exemple, on lance la réhabilitation d’une avenue à Tshangu, on abandonne les travaux en cours d’exécution pour aller démarrer la construction d’un pont à Kalamu. De qui nos dirigeants ont hérité cette pratique ? De la Belgique qui nous a colonisé ?

Read Previous

RDC-EPST : YMAE ONG sensibilise sur la base légale de l’Enseignement à distance et en ligne

Read Next

RDC-EPST : YMAE ONG appelle à la tenue des assises d’évaluation de la gratuité de l’éducation de base

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *