Matadi : Le Maire foule au pied sa décision et rançonne les transporteurs

Par Jean-Hilaire Shotsha

La mairie de la ville portuaire de Matadi, Chef-lieu de la province du Kongo Central, a interdit depuis le lundi 22 février dernier aux véhicules à gros tonnages d’accéder dans la ville pendant la journée. La circulation de ces véhicules est fixée de 22 heures jusqu’à 5h du matin. Mais une décision qu’il foule à pied pour ses intérêts égoïstes.

Selon lui, cette décision est prise dans l’objectif de mettre fin aux embouteillages afin de rendre fluide la circulation dans cette ville. Pour Pathy Nzuzi, Maire de Matadi, cette décision est conforme à l’arrêté portant règlementation de la circulation publiée le mardi 16 février 2021.

La vente du jeton, escroquerie mise en place ?

Incroyable mais c’est vrai. Le Maire de cette ville foule au pied lui-même sa décision. Il en profite pour instaurer la vente d’un jeton vendu à 2.500 francs congolais (USD 1,25) avant que les transporteurs des containers ou des camions poids lourds accèdent la journée dans la ville portuaire.

Les Chauffeurs de leur côté dénoncent des tracasseries depuis que la Mairie a instauré l’achat de ce jeton, devenu une mine d’or pour ces policiers. « Je viens d’acheter ce jeton qui va permettre à nos chauffeurs de circuler dans la ville pendant la journée. Il coûte 2500FC par camion. Sur le jeton, on mentionne le numéro de la plaque d’immatriculation ainsi qu’après on place le sceau de la mairie », explique un chef de transport qui a requis anonyme.

D’après le même Chef de transport, malgré l’achat de ce jeton, à chaque barrière, le chauffeur est sensé de laisser un billet de 500 ou 1000FC avant de passer.

Le jeton au cœur des embouteillages

À moins d’une semaine de la décision du maire, les embouteillages refont la loi dans la ville portuaire de Matadi. Les usagers de la route estiment que cette mesure a été prise pour répondre aux besoins financiers des autorités provinciales et non pour mettre fin aux embouteillages à la longueur de la journée.

« Le maire de la ville est incapable de faire respecter sa mesure. Comment doit-il instaurer une taxe pour contraindre sa décision ? A-t-il pris cette mesure pour mettre fin aux embouteillages dans la ville ? Se questionne un taximan », dit Didier Mazangi, chauffeur de taxi ketch. Et d’ajouter : « Je ne crois pas qu’il voulait mettre un terme aux embouteillages. Car, si c’était le cas, il n’allait pas vendre le jeton pour permettre aux camions-remorques de circuler la journée ».

Monsieur le maire, avez-vous pris une décision fallacieuse qui cache plusieurs réalités ?

Si réellement votre décision vise la fin des embouteillages dans votre ville, pourquoi vendre un jeton permettant aux gros camions d’entrer dans la ville la journée. Tenez, c’est votre personnalité qui est mise en cause. Sachez que continuer à vendre ce jeton relève d’une escroquerie à outrance.

Read Previous

Après la pluie vient le mauvais temps à Kinshasa

Read Next

RDC : Unité nationale, parlons-en

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *