19 mai 2024

Kongo central : MGT, Beach de Matadi et LUFU, les véritables berceaux de la fraude douanière

La Rédaction

La corruption est devenue un sport national pour les douaniers du Kongo Central, principalement à MGT, au Beach de Matadi et à Lufu. Dans ces différents sites, la fraude se porte bien. Et certains gabelous s’enrichissent au détriment de l’État congolais.

Plus grave encore, certains parmi eux sont devenus des déclarants, importateurs voire, commerçants et pourtant, c’est interdit. La directrice générale de la DGDA, Jeanne Blandine Kawanda, qui a séjourné dans la ville portuaire de Matadi du lundi 15 au mardi 16 aout 2022, dans l’optique de faire le diagnostic, identifier les faiblesses et sensibiliser ses agents à la maximisation accrue des recettes, s’est rendu compte du niveau de la fraude orchestrée et cela l’a poussé à promettre la carotte aux brebis galeuses.

Jeanne Blandine Kawanda, DG de la DGDA

« La fraude se porte bien. Et ce sont en priorité les douaniers qui favorisent cette fraude. On ne vient pas à la douane pour se faire de l’argent mais plutôt pour servir la nation. Mais aujourd’hui, tout a changé, nous constatons le phénomène douanier déclarant, douanier importateur et commerçant et pourtant, c’est interdit », a indiqué la Directrice Générale des douanes et accises.

Profitant de son séjour de travail, la Directrice Générale des douanes et accises a visité les différentes installations du siège de la direction provinciale de la DGDA et tous les ports que compte cette ville.

Une visite qui rentre dans le cadre de sensibilisation des douaniers à la maximisation des recettes douanières et accisiennes pour le compte du trésor public.

« Cette visite était nécessaire. Car, je suis dans cette politique d’encadrement et de mobilisation accrues des recettes. Il était normal d’effectuer cette visite, afin que je sache ce qui se passe et ce qui ne va pas dans la province, pour que je puisse prendre des décisions idoines par rapport au fonctionnement de la direction provinciale », a-t-elle dit.

Et d’ajouter « il y a moyen d’atteindre les recettes. Je demande à vous tous de se réapproprier le code déontologique des douaniers. L’argent est nécessaire et procure un certain confort mais lorsqu’on en fait une finalité ça devient un problème. Je reçois des alertes de la fraude au Kongo-Central, surtout à MGT, Matadi Beach et Lufu. On ne vient pas à la douane pour se faire de l’argent mais plutôt pour servir la nation ».

Au cours d’un entretien avec le Président de la Fédération des entreprises du Congo, FEC, du Kongo Central, ce dernier a reconnu qu’il y a des pratiques déplorables au niveau des différents ports de Matadi. « Nous avons échangé autour de l’impact de la fraude et ses conséquences sur l’économie. La réflexion a consisté juste à tourner la page aux pratiques déplorables qui a affecté le secteur douanier. Cette réunion nous a permis de cultiver le civisme fiscal grâce à ça nous aurons la possibilité de dialoguer à toute franchise, à toute sincérité pour espérer que demain soit mieux qu’aujourd’hui », a indiqué Djimy Yengo, Président de la FEC Kongo Central.

Plusieurs déclarants réunis au port de MGT ont manifesté devant la Directrice des douanes et accises pour exiger le départ du directeur provincial, du vérificateur et quelques sous-directeurs de Matadi. Une démarche qui était illogique pour la patronne des douaniers et les a répondus « ce sont plus les déclarants qui sont à la base de la corruption ».

Jean Blandine Kawanda a demandé aux commissionnaires en douane de constituer une délégation pour une rencontre d’échanges.

Read Previous

Tribune de réflexion de l’Urbaniste Fiston Ilangi Ndeke sur la situation des villes congolaises

Read Next

Infrastructures : Tronçon Masisi-Goma dans un état impraticable

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *