EGK-RDC : Tshisekedi offre un cadeau de nouvel an aux officiers des FARDC et de la PNC

Par Joslin Lomba 

Le Président Félix-Antoine Tshisekedi a procédé, ce mardi 5 janvier 2020 au Centre Supérieur Militaire, à l’inauguration de l’École de Guerre de Kinshasa ( EGK) en lançant sa première année académique.

Au cours de son discours sur l’état de la nation prononcé lundi 14 décembre 2020 devant les deux chambres du Parlement réunies en Congrès, le Chef de l’État a annoncé la création d’une école de guerre. « J’annonce la création d’une école de guerre l’année prochaine en RDC. Les travaux des constructions de l’académie de police vont commencer au début de l’année prochaine », a déclaré le président congolais.

Fruit de la coopération militaire entre la RDC et la France, l’EGK a vocation à former des Officiers supérieurs des Forces Armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et de la Police Nationale Congolaise (PNC) appelés à travailler dans les États-majors pour des questions relatives à la stratégie, la sécurité et la défense.

François Pujolas, Ambassadeur de France en RDC voit en l’EGK une réponse concrète à la nécessité de formation et d’encadrement. Le Général Célestin Mbala, Chef d’état-major des FARDC a salué la volonté du Chef de l’État d’avoir une Armée professionnelle.

Dans une ordonnance signée, le 29 décembre 2020 et rendu public le lundi 4 janvier, Felix Tshisekedi a nommé le Général de Brigade Muland Nawej Godefroid, Chef d’Etat-major du Groupement des Écoles Supérieures Militaires, et commandant de l’école de Guerre de Kinshasa.

Au mois de Novembre dernier, la France avait exprimé sa volonté de renforcer sa coopération militaire avec la République démocratique du Congo spécialement avec la création d’une « école de guerre ».

Selon l’ambassadeur de la France, il sera question d’améliorer la formation des officiers supérieurs dans tous les domaines. L’EGK va former dès ce premier mois, des soldats congolais aux « méthodes asymétriques » utilisées par des « groupes armés et terroristes », qui sévissent dans la façade orientale de la RDC, notamment au Nord-kivu où les rebelles ougandais des forces démocratiques alliés (ADF) sont les auteurs présumés d’un grand nombre de massacres faisant des milliers de victimes depuis 2014.

François Pujolas a fait savoir lors de la cérémonie d’ouverture de l’EGK que la première promotion est composée de 25 stagiaires. Cette École de Guerre de Kinshasa est la deuxième en Afrique.

Read Previous

Kinshasa : L’OVD cure les caniveaux de certaines artères

Read Next

Coopération sino-congolaise : la Chine annonce l’annulation d’une dette de 28 millions USD à la RDC

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *