Carbone Beni : « On n’a jamais tenté l’État de siège, je ne vois pas pourquoi on devrait s’y opposer »

Par Jean-Hilaire Shotsha

Le président de la RDC, Félix Tshisekedi, a décrété l’« état de siège » dans deux provinces de l’Est du pays (Ituri et Nord-Kivu) frappées par la violence des groupes armés et des massacres de civils, a indiqué le porte-parole du gouvernement.

Pour l’activiste Carbone Beni, une figure très connue du mouvement citoyen Filimbi, la problématique de l’insécurité dans l’Est est d’une complexité, à tel point que tous les efforts pour ramener la paix seront toujours considérés, de bonne ou de mauvaise foi, comme inefficaces. « On n’a jamais tenté l’État de siège, je ne vois pas pourquoi on devrait s’y opposer », rappelle-t-il.

« En lieu et place de s’y opposer soit par sentiments ou par simple opposition politique, ce serait très intéressant d’étudier finement et objectivement les contours liés à cet état de siège et faire des propositions pour son encadrement enfin de pouvoir suivre et évaluer à la fin », conseille l’activiste. Et de poursuivre : « Toute contradiction n’aurait aucun sens au moment où ça n’apporte rien de constrictif ».

Selon Carbone Beni, si l’on se lance dans le débat d’identification des personnalités militaires et politiques impliquées dans différentes rébellions, ce serait presque 70 %. Le passé, oui. Mais ce n’est pas le passé qui compte vraiment, mais plutôt c’est ce dont on est capable de faire aujourd’hui.

« Tôt ou tard les responsables des crimes dans l’Est de notre pays le payeront, car la justice sera rendue à notre peuple. Aujourd’hui, comme toujours, notre priorité reste la paix », dit-il.

Read Previous

Kinshasa : Construction de l’avenue elengesa, un des chantiers interminables de Gentiny Ngobila

Read Next

Bombé, nouvelle drogue à la mode à Kinshasa

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *