RDC : Le Budget exercice 2021 au cœur des conférences budgétaires

Par Joslin Lomba

Le Ministère national du Budget, à travers sa Direction de préparation et suivi du budget, a procédé le lundi 10 aoûtout 2020, au lancement des travaux axés sur les conférences budgétaires exercice 2021 au cercle de Kinshasa dans la commune de la Gombe. Objectif, analyser et examiner en recettes comme en dépenses les grandes lignes des actions prioritaires des services de l’administration publique. Ces assises sont appuyées par le Projet de Renforcement de la Redevabilité et de la Gestion des Finances Publiques, PROFIT-CONGO.

C’est depuis le 10 août dernier que les membres de différents services de l’administration publique y compris les organisations de la société civile prennent part aux conférences budgétaires, exercice 2021. Organisés par le Ministère national du Budget avec l’appui financier et logistique du Projet PROFIT-CONGO coordonné par le COREF. Ces travaux de 10 jours visent entre autres objectifs, l’analyse et l’examen en recettes comme en dépenses de grandes lignes des actions prioritaires des services de l’administration publique.

Travaux répartis en trois commissions dont la première est axée sur le débat autour des dépenses des secteurs prioritaires ; la deuxième aux dépenses des institutions et des secteurs disposant des lois de programmes ; et enfin, la troisième sur la mobilisation des recettes perçues par les trois régies financières congolaises, notamment la Direction Générale des Douanes et Accises, DGDA, la Direction Générale des Impôts, DGI et la Direction Générale des Recettes, Administratives, Judiciaires, Domaniales et de Participation, DGRAD. 

Ces trois commissions vont examiner tour à tour les prévisions budgétaires des recettes et dépenses du pouvoir central.

Cette démarche s’inscrit dans une logique de la transparence et de la participation citoyenne au processus de prévision budgétaire. Les conférences Budgétaires sont un moment phare dans l’élaboration du budget de l’Etat en RDC, où les syndicats et la société civile prennent aussi part pour plus de transparence. Depuis l’accession du pays à la souveraineté nationale et internationale, la République Démocratique du Congo a connu des avancées significatives dans le cadre de la participation citoyenne dans l’élaboration du Budget national.

« Dans notre pays il existe une loi qu’on appelle communément le budget. Nous sommes dans le cadre du Projet PROFIT-CONGO qui facile dans le cadre de la transparence budgétaire. Et nous y participons comme experts de la société civile dans le cadre de suivi budgétaire. Ce qui est bien dans ce projet, à l’époque la question liée au budget était considérée comme un tabou mais aujourd’hui, nous sommes dans une approche de transparence, car la population est sensée de savoir comment son argent est utilisé dans son ensemble.» a dit Ritha NCIEYI TSHITOKO, Présidente du Forum des Femme pour la Bonne Gouvernance et le Développement.

Directeur Général de la Direction  Générale des Impôts, Barnabé Mwakadi Mwamba qui a pris aussi part à ces conférences budgétaires a expliqué devant les experts du Ministère du Budget et ceux de la Société Civile les mécanismes qu’il compte mettre en place pour arriver à booster les recettes et donner à l’Etat le moyen de faire sa politique en 2021. « La DGI génère presque la moitié de l’ensemble du budget de l’Etat, mais les réalités sont multiples sur le terrain. Comme les entreprises de télécom ne payent pas correctement leur impôt. Nous sommes dans un système où le Gouvernement a grandement besoin des moyens. Pour pallier à cette réalité, nous allons mettre en place un mécanisme pour arriver à capter correctement les chiffres d’affaires réalisées par les contribuables. Alors comme, les congolais n’ont pas une culture fiscale, durant notre mandat nous allons insister sur la vulgarisation de l’impôt. Et puis, nous allons proposer au Gouvernement si possible d’introduire la notion sur l’impôt à partir de l’école primaire dans l’objectif d’inculquer à nos enfants dès le bas âge la culture de l’impôt.» a-t-il dit  

Les experts des différents secteurs et les membres des organisations de la société civile sont appelés à réfléchir sur comment canaliser et mobiliser les recettes, afin de répondre aux désidératas de la population. Ces assises vont se clôturer ce vendredi 21 août.

Read Previous

Kisangani : Les églises s’adaptent à vivre avec la Covid-19

Read Next

L’eau et l’énergie en Afrique au cœur d’un Forum en novembre prochain à Lyon

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *