Kinshasa : Pumbu, une cité menacée par l’érosion

Par Jean-Hilaire Shotsha

Le quartier cité Pumbu situé dans la commune de Mont Ngafula, est menacé de s’effondrer par une érosion. Dans ce coin de la capitale, des maisons s’écroulent régulièrement à cause d’une érosion de plus ou moins 10 mètres de profondeur, surtout pendant la saison des pluies. Plusieurs familles sont devenues sans abris et d’autres même n’ont plus peur de la mort.

A quelques mètres de cette cité se trouve une école conventionnées catholique, Christ-Roi, qui est en voie de disparition. Les habitants de ce quartier craignent que cet établissement scolaire soit aussi englouti par cette érosion, qui a déjà emporté plusieurs habitations. Ces derniers recourent aux sacs de sable, jettent des immondices pour tenter de stopper l’avancée cette érosion appelée ‘’Mbulungu’’.

Constat

Cette érosion appelé autrement « Mbulungu » est transformée à un dépotoir. Mieux à un lieu où les habitants de ce coin viennent jeter des déchets ménagers, des eaux usées, des immondices…une véritable poubelle. Ces ordures dégagent une odeur nauséabonde et exposent la population environnante aux multiples maladies, a constaté surplace, notre blogueur, mercredi 10 août.

Ph. Blog du citoyen

Pendant la saison des pluies, des familles entières restent dehors pour surveiller les maisons afin de ne pas risquer la vie en étant à l’intérieur.

Témoignages

Cette érosion a emporté plusieurs maisons, des hommes et femmes ont perdu leur vie suite aux dégâts causés. « Cette érosion a emporté des dizaines d’habitations, faisant de nombreux blessés et laissant plusieurs familles sans abri », témoignage P. Landu, habitant de la cité Pumbu.

Et d’ajouter : « Une famille a dû abandonner une maison tout près de l’érosion, lorsqu’elle a vu une chambre et une partie de la cuisine emportées par cette érosion. Ils ont eu de la chance, personne n’a perdu la vie ».

Ph. Blog du citoyen

Le pire est que les résidents ne savent même pas comment se protéger. « Nous ne savons même pas comment nous protéger. Nous avons peur qu’un jour ce soit nos maisons qui seront emportées », regrette une maman du quartier qui a requis anonymat.

Ce que pense l’urbaniste Ilangi

La nature en sait plus, dit Fiston Ilangi. Elle s’y connait mieux que par nous. Et donc, lorsqu’on veut apporter une transformation sinon une modification dans cette nature (Environnement Urbain), il faudrait tenir compte de certaines exigences écologiques, ékistiques, urbanistiques et architecturales. Sans cela, cette nature va se retourner sinon se rebeller contre vous. C’est pareil avec cette érosion.

Dans un milieu urbain, l’occupation d’un site normalement devrait être devancée par son urbanisation sinon assainissement. Cette trame d’accueil devrait normalement être préparée, assainie au sens noble du terme dans le cas contraire, il y aura des effets collatéraux(érosions, inondations,….). Les érosions ne sont que le reflet du désordre, de l’occupation spontanée du site, du déficit d’assainissement….

Dans cette pathologie urbaine, il y a co- responsabilité entre l’État et la population. « Le droit d’avoir des infrastructures, des équipements collectifs et des logements décents est garantie dans la constitution dans son article 48 », rappelle l’urbaniste Fiston Ilangi.

Et de poursuivre : « La nature a horreur du vide…. Actuellement, il y a aucune offre rationnelle de la part de l’État dans ce sens pour rencontrer la forte demande de la population en terme des logements, équipements collectifs et infrastructures. Face à cette situation, la population se prend en charge pour satisfaire ces besoins… malheureusement, cette population est pauvre et n’a pas de prérequis nécessaires en matière d’urbanisme. Et du coup, elle construit n’importe quoi, n’importe où et n’importe comment (bidonvillisation de l’espace urbain) ».

Nul n’est sensé ignorer la loi, dit-on. La population devrait se conformer aux prescriptions urbanistiques, environnementales, architecturales du pays. Pour remédier à cette situation, il faudrait entre autres, procéder à l’assainissement (viabilisation) de la trame d’accueil de ce site, interdire toute occupation d’un site avant son assainissement, sanctionner les récalcitrants, mettre en place une politique des logements, etc.

Read Previous

Guerre à l’Est : le Rwanda combat aux côtés des terroristes du M23 (ONU)

Read Next

Mercato : DCMP se vide, Katy Katulondi s’en va au Maroc

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.