RDC-Enseignement : Une année blanche en gestation

Par Jean-Hilaire Shotsha

Fortement perturbée par des mouvements de grève des enseignants et professeurs, avant d’être fermées pour des raisons de Covid-19, les portes des écoles et universités congolaises sont ouvertes ce lundi 3 août 2020. Cette annonce a été faite par le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi le mardi 21 juillet 2020 dernier à l’issue de la levée progressive de l’état d’urgence sanitaire proclamé le 24 mars. Mais le spectre d’une année blanche plane toujours dans le chef des enseignants.

L’année scolaire et académique reste menacée en RDC malgré l’annonce du Chef de l’Etat de rouvrir les écoles, instituts supérieurs et universités. Pour cause, plusieurs revendications des enseignants et professeurs n’ont toujours pas trouvé des réponses favorables.

Alors que les ministres sectoriels ont dévoilé le calendrier de reprise des activités pour les administratifs prévue ce 3 août au niveau de l’EPST, pour des raisons techniques et administratives, la reprise des cours est décalée d’une semaine donc le 10 août 2020 à 7h30. Et ce, après que les syndicalistes aient contesté le calendrier du ministère de l’EPST qu’ils dénonçaient d’être politique plutôt que technique et pédagogique. 

Bras de fer entre autorités et syndicats

Selon le gouvernement, seules les classes terminales de l’enseignement Primaire,  Secondaire et Technique seront rouvertes le 10 août prochain. Certains observateurs estiment que les élèves des écoles publiques ne pourraient pas se réjouir de cette décision. A cause des mouvements de grève en gestation malgré les discussions entre les ministres sectoriels et les différents syndicats des enseignants et professeurs telles que demandées au Conseil des Ministres se poursuivent pour harmoniser les modalités  de reprise des cours. 

Les parents incapables de payer les frais

Frappés par la crise causée par la Covid-19, plusieurs parents seront incapables de solder les frais scolaires et académiques et, au niveau de 6ème primaire et 6ème secondaire payer les frais de participation au TENAFEP et EXÉTAT. À cela s’ajoute les frais techniques pour les élèves des écoles privées. Et cela pour cause, la majorité des parents ont perdu leurs emplois et le capital pour les commerçants. D’autres seront mis dehors par les bailleurs, car, ils n’ont plus de moyens de payer les loyers.

Des étudiants de l’année académique 2018-2019 toujours pas délibérés

Dans certaines universités publiques de Kinshasa, notamment l’Université de Kinshasa (UNIKIN), les étudiants inscrits pour l’année académique 2018-2019 ne sont pas encore délibéré dans plusieurs faculté. Ceux de 2019-2020 n’ont pas encore passé leur examen de mi- session. Je sais, vous allez mais dire qu’à l’UNIKIN, une année académique vaut deux années civiles ou plus dans des facultés comme polytechnique.

Chers autorités, dans ce contexte, ayez le courage de déclarer une année blanche comme vous a proposé le professeur Bahati Lukwebo pour mieux préparer l’année scolaire et académique 2020-2021.

Read Previous

Économie : La situation du taux de change de ce matin à Kinshasa

Read Next

Kinshasa : Quand la spéculation et la psychose du taux de change prennent la place de la BCC

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *