Kinshasa : Quand les Kulunas deviennent puissants que l’État

Par Joslin Lomba

Le phénomène Kuluna est de retour avec force dans certaines communes de la ville de Kinshasa.

Dans les communes Kimbanseke, Makala, selembao, Bumbu, Limete et tant d’autres municipalités de la capitale congolaise, des bagarres à la machette sont enregistrées de nouveau entre les gangs. Ces derniers opèrent en pleine journée voire, la nuit en complicité avec certains policiers véreux, commis au poste de sous-commissariat de la police.

Dans les communes de Selembao, Kimbanseke et Makala par exemple, il ne se passe pas une journée sans entendre le crépitement des balles, comme si cette population était au front.

Il est étonnant de voir que ces bandits urbains dictent leur loi au vu et au su de tout le monde et elle marche. Ces derniers créent une insécurité qui ne dit pas son nom.

« L’insécurité est devenue grandissante dans notre quartier Livulu, entre les arrêts Trinité et Elimo Santu. Des mamans qui se réveillent souvent le matin subissent des violences de la part des Kuluna », alerte notre blogueur Jean-Hilaire Shotsha, qui habite le quartier avant de signaler que récemment son petit frère a été victime. Ces jeunes délinquants lui ont ravi sont téléphone et l’argent qu’il avait.

Il est devenu difficile de circuler dans certains coins de la capitale congolaise. Ces voyous urbains confisquent les biens de valeur à leur passage ou à leur rencontre.

Ils blessent, tuent les passagers ou les habitants, et d’autres par contre, s’entretuent sans pitié suite, à cause « Rando », entendez bien « conflits ».

Une véritable insécurité incroyable. Ces hors-la-loi opèrent comme si l’Etat n’existerait pas. Certains policiers sont même devenus des inaptes mieux des infirmes à cause de ces Kulunas.

« Ces malfaiteurs ont même coupés la paume des mains de notre ami ici à Selembao dans un conflit opposant les kulunas de Makala et ceux de Selembao. Il est devenu difficile pour sortir entre 20h et 6h ce dernier temps », nous dit Mardochée Diasivi.

Le phénomène kuluna constitue un danger permanent pour la sécurité des personnes et de leurs biens. Issus des familles ‘’pauvres’’, les jeunes communément appelés «kuluna» sèment la panique et la désolation au sein de la population. Munis de bouteilles, machettes, couteaux et autres armes blanches, ils n’hésitent pas un seul instant pour blesser ou ravir les biens appartenant à des paisibles citoyens.

Il suffit de faire la ronde de la capitale congolaise pour se rendre compte de l’ampleur de ce phénomène tant décrié. Profitant de l’obscurité qui sévit dans beaucoup de communes de la ville de Kinshasa, ces jeunes désœuvrés ravissent de l’argent, des téléphones, des bijoux et autres biens précieux de passants.

Kanyama Kasese oublié

Kanyama Kasese était-il la meilleure solution pour mettre fin à ce phénomène Kuluna à Kinshasa ? Cela ne demande pas d’aller consulter un marabout pour le comprendre. Kanyama Kasese n’a pas pu mettre fin à ce phénomène.

Au contraire, plusieurs jeunes arrêtés et envoyés à Kanyama Kasese nombreux seraient de retour à Kinshasa.

Impuissants face au retour de ce banditisme urbain, les bourgmestres plaident pour un renforcement des dispositifs sécuritaires sur terrain.

Read Previous

Sécurité : Les rebelles du M13 font la loi à Bunagana

Read Next

Commémoration du Genocost : Une récupération politique ratée

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.