Kinshasa : Les quartiers Kimbwala, CPA Mushie et Mbudi dans le trou noir

Par Joslin Lomba

Kimbwala et CPA/Mushie sont deux quartiers situés dans la commune de Mont Ngafula. Ils sont comparables aujourd’hui, à un véritable trou noir. Les habitants vivent un calvaire de l’énergie électrique oublié pendant quatre ans par la Société Nationale d’Electricité, SNL.

Cette situation est dans plusieurs quartiers périphériques de Kinshasa qui sont abandonnés par la SNL voire la Régie de distribution d’eau (Regideso) car ils n’ont même pas d’eau potable.

Qui arrive pour la première fois dans la localité Muzungu aux quartiers CPA/Mushie et Kimbwala dans la nuit sera ébloui par la lumière de l’éclairage public installé le long des avenues. Mais comme dit la sagesse populaire, parfois l’apparence est souvent trompeuse juste derrière cette apparence, il y a une réalité. Les habitants de ce coin de Kinshasa en plein capitale vivent dans le noir absolu, faute de l’électricité. Et pourtant, la SNL avait eu l’ingénieuse idée de les connecter grâce à son réseau au mode de prépaiement. Quatre ans après le lancement des travaux, c’est la désillusion. La vie humaine étant trop courte, ces derniers se plaignent de risquer de passer leur existence sans jouir de l’électricité.

« Depuis que la SNL est venue installer l’éclairage public, ça fait quatre ans déjà. Ils ont placé des fusibles dans des maisons depuis qu’ils sont partis, ils ne sont plus revenus. Nos différents appareils électro-ménagers sont déjà foutus faute de l’énergie électrique. Je ne sais pas si dans ce pays, il existe un ministre de l’énergie » s’est interrogé François Citadop, habitant de Mbudi

« Nous n’avons pas du courant. La SNL qui nous avait rassuré du courant mais jusqu’à nos jours sans succès. Un projet qui avait une durée de 6 mois mais aujourd’hui, ça fait pratiquement 3 ans passés, rien ne marche » a indiqué Tshibola, habitante du quartier Kimbwala.

Dans leurs dires l’absence d’électrification serait à la base de beaucoup de problèmes que connaît leur quartier, notamment le banditisme urbain communément appelé « Kuluna » qui ne cesse de prendre l’ampleur, la perturbation de l’économie domestique, la sous information surtout pendant cette période frappée par la pandémie de covid-19. « Le courant est difficile de ce côté, voilà pourquoi, j’utilise plus le groupe électrogène. Notre travail demande du courant. S’il n’y a pas d’électricité, nous n’allons pas manger. Le manque du courant crée une insécurité totale dans notre quartier cpa/Mushie. L’eau ne coule pas, nos enfants filles courent des risques graves en sortant la nuit pour aller puiser de l’eau » a expliqué Pasta François, rencontré sur la route Lutendele.

Il convient de noter que cette situation qui prévaut aux quartiers CPA/Mushie et Kimbwala dans la commune de Mont Ngafula, n’est pas un cas isolé et peut être considérée comme un échantillon parmi tant d’autres dans la ville province de Kinshasa. Il faut que les responsables de la société nationale d’électricité, SNEL, puissent prêter une oreille attentive et apporter une solution à ce cri de détresse. C’est un S.O.S qu’ils lancent. l’État de droit, c’est aussi avoir accès à l’électricité.

Read Previous

RDC : Fatigué d’écrire les demandes d’emploi, Arnold Kayembe décide de se lancer dans l’agriculture

Read Next

Marche anti-Karega : Après plusieurs tentatives d’empêchement, les mouvements citoyens déposent leur mémo

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *