Kinshasa : La situation du taux sur le marché de change

Par Jean-Hilaire Shotsha

Le marché de change a connu des perturbations de son fonctionnement normal depuis le début de ce mois d’août où chaque cambiste affiche son taux en toute spéculation. Et les autres refusent délibérément de libérer les devises au taux affiché.

Récemment, le roi dollar se négociait à 2030FC et seulement voilà, le dimanche 2 août dans l’après-midi, le marché de change congolais est passé de 2030FC à 1600FC le dollar; soit une appréciation de 21.1822.
Sur le marché, la réalité est autre. Cette baisse miraculeuse et spectaculaire n’a duré que quelques heures et sur le marché, les prix des denrées alimentaires continuent à se volatiliser.

Depuis le dimanche à mardi 5 août 2020, c’est la spéculation qui envahit de plus en plus le marché de change. A ce jour, le taux de change varie d’un bureau à l’autre. Le billet de l’Oncle Sam se négocie entre 1500FC à 1800FC, une appréciation du franc congolais s’observe. Le taux officiel de la Banque Centrale du Congo est à 1972 FC le dollar. Et 1850 FC, c’est le taux fictif des entreprises de télécommunications et 2000fc dans plusieurs Banques Commerciales et Super marchés de Kinshasa.

Le Mercredi matin, le dollar a grimpé encore face au franc congolais. Et ce jeudi 6 août dans la matinée, le billet vert continue de prendre l’ascenseur. Au centre-ville Kinshasa, le roi dollar a valu 1980FC. Du samedi au jeudi matin, le taux de change est monté de 1600FC à 1980FC pour un dollar américain ; soit un taux de dépréciation de 19.19%.

Depuis le début de cette spéculation, le marché de change, en général est passé de 2030FC à 1980FC pour un dollar américain, soit une baisse de 2.46%.

Dans l’espoir que cette appréciation du franc congolais se consolide, Jean-Louis Kayembe, Directeur Général de la Banque centrale du Congo (BCC) appelle à la prudence pour pérenniser les acquis des mesures d’encadrement prises par la BCC. Il s’agit entre autres de mesures budgétaires, de mesures d’ordre monétaire, de mesures en rapport avec la politique de communication de la BCC pour contrer la spéculation de certains cambistes.

Read Previous

Kinshasa/Covid-19 : La fondation Denise Nyakeru vole au secours des femmes vendeuses de pains

Read Next

EXÉTAT 2020 : certaines écoles privées préparent leurs élèves

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *