EPST : Encore un scandale qui choque, YMAE alerte le ministre Tony Mwaba

Par Jean-Hilaire Shotsha

L’ONG «The Young men action for education (YMAE)» a, dans une lettre ouverte, interpellé le ministre de l’enseignement primaire secondaire et techniques, Tony Mwaba sur la mise en place d’un corps des auditeurs internes. « cette mise en place intervient pendant que vous venez d’obtenir auprès du Gouvernement, la suspension des postes dits non-organiques au sein du ministère« , écrit YMAE dans sa lettre ouverte.

En effet, tout en lui reconnaissant au ministre le pouvoir selon le besoin, l’ONG s’interroge sur le bien-fondé de la création de ce corps des auditeurs internes à ce sens qu’elle répond à quel impératif tant sur le plan légal qu’opérationnel en se référant aux missions principales du ministère. Notamment l’organisation de l’enseignement primaire secondaire et techniques.

En sus, le ministère de l’EPST est doté, à l’instar de tous les ministères à caractère technique dont la santé, d’une inspection générale créer par ordonnance présidentielle numéro 91-231 du 15 août 1991 portant règlement d’administration relatif au corps des inspecteurs de l’enseignement primaire secondaire et professionnel.

La quelle ordonnance reconnait à cette dernière, la mission d’inspection qui peut être assorti des propositions concrètes de solution aux difficultés rencontrées dans les différents domaines de l’éducation scolaire, telles, les finances scolaires et la morale. Par ailleurs, YMAE ONG s’interroge sur l’impact budgétaire de cette mise en place à l’heure où le ministère s’est engagé à rationaliser les ressources budgétaires allouées pour le fonctionnement de l’administration de l’EPST par le trésor public.

Au regard de l’épineuse question en rapport avec le stock des Nouvelles Unités que le gouvernement s’active à vider, avec l’appui des partenaires techniques et financiers, YMAE aimerait davantage être renseignés par votre autorité sur quelques préoccupations qui nous permettront de mieux cerner les tenants et les aboutissants de cette réforme.

« D’où viennent ces Auditeurs dont la formation est en cours d’exécution ? Combien sont-ils ? Quelles sont leurs missions ? A quel niveau exerceront ils leurs missions ? Sont-ils recrutés et/ou sélectionnés sur base de quels critères et par quels mécanisme ? Sont-ils recrutés comme des nouvelles unités et à quel échelon ? », s’interroge l’ONG. Et de poursuivre : « Conformément aux attributions reconnues au ministère de l’EPST, quel sera le statut de ces Auditeurs maisons par rapport aux inspecteurs de finance, aux magistrats de la cour des comptes, aux élus nationaux dotés de pouvoir d’auditer sur les finances publiques ? Quel sera leur statut par rapport aux inspecteurs généraux de l’enseignement qualifiés et faisant partie du corps attitré pour le contrôle, la formation et l’évaluation au sein du ministère ? ».

Selon Serge Bondedi, Secrétaire général de YMAE, ces préoccupations constituent une façon d’alerter le ministre sur le conflit de compétences et le chevauchement qui, si elles ne sont pas prises en compte, peuvent de la mise en place précipitée de ce nouveau corps aux côtés de celui de l’inspection générale de l’enseignement, organisation légale chargée du contrôle, de la formation et des évaluations dans le sous-secteur de l’EPST.

YMAE est une organisation de la société civile thématique éducation et partenaire éducatif qui s’est donné le rôle du contrôle citoyen et de redevabilité pour veiller à la bonne gouvernance du sous-secteur.

Read Previous

RDC/HABITAT : L’application de loi relative aux baux à loyer pose toujours problème

Read Next

Libération d’Eteni Longondo : la toile s’enflamme, des internautes remettent en cause l’état de droit

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *