Détention de Kamerhe : La NSCC appelle la population de Sud Kivu au calme et au sens patriotique élevé

Jonas Tshombela. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Par La Rédaction

La Nouvelle société civile congolaise (NSCC) est informée et reste extrêmement préoccupée par les tracts mis en circulation à Bukavu par un groupe des xénophobes se réclamant des vrais « patriotes du Sud Kivu ». Elle appelle la population de Sud Kivu au calme et au sens patriotique élevé et surtout de ne pas céder à la manipulation politicienne dangereuse.

Selon le communiqué de presse de la NSCC, ces tracts xénophobes appellent tous les Baluba (Kasaiens) qui résidants la Ville de Bukavu et les huit territoires de la province du Sud Kivu d’y quitter dans 48 heures, à dater de ce samedi 11 avril 2020. Dépasser ce délais, les auteurs de ces tracts xénophobes promettent des procéder à leur décapitation. Cet appel à la xénophobie risque de compromettre les acquis combien louables des FARDC dans la stabilisation de l’Est du pays.

Compte tenu de la gravité de ces menaces qui ne favorisent pas la cohabitation pacifique des citoyens sur l’ensemble du pays, la NSCC invite les autorités provinciales du Sud Kivu, les autorités nationales ainsi que la Monusco, de prendre au sérieux ces menaces et d’assurer la sécurité de ces compatriotes sous menaces; pour éviter de tomber dans la situation de 1992 au Katanga et à Yumbi dans le Mai Ndombe.

La NSCC appelle la population de Sud Kivu au calme, à la cohabitation pacifique et au sens patriotique élevé et surtout de ne pas céder à la manipulation politicienne dangereuse, au risque de se tromper d’ennemis et plonger le pays dans une situation chaotique à des conséquences incalculables. La Nouvelle société civile congolaise demande aux Autorités judiciaires de diligenter immédiatement des enquêtes afin d’identifier les instigateurs de cette forfaiture pours qu’ils répondent de leurs actes devant la justice.

Pour rappel, le directeur de cabinet du Chef de l’Etat, Vital Kamerhe, est placé sous mandat d’arrêt provisoire depuis mercredi 8 avril. Il a été entendu à l’office du procureur général près la cour d’appel de Kinshasa-Matete, dans le cadre des enquêtes sur l’exécution du programme d’urgence du Chef de l’Etat.

Le samedi 11 avril 2020, le Tribunal de Paix de Kinshasa/Matete a rejeté la requête de Vital Kamerhe demandant la liberté provisoire. La détention préventive est maintenue pour une durée de 15 jours.

Communiqué de presse de la NSCC

Read Previous

COVID19-RDC : ACAJ demande au Premier Ministre d’opérationnaliser et coordonner le FNSS

Read Next

Covid-19 : Le confinement de Zando a affecté les autres marchés de Kinshasa

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *