Covid_19 : Le calvaire des sourds en RDC

Par La Rédaction

En République démocratique du Congo, (RDC), la covid-19 a accentué l’isolement dont souffre les sourds. Pire encore, les informations leur demeurent difficiles d’accès. Rares sont les parents de sourd qui connaissent la langue des signes peu instruits, ils vivent dans une véritable précarité. Et les conséquences peuvent être lourdes.

« Être sourd est un défi. Les gens ne tiennent pas compte de comment nous survivons, sans compter le port de masque qui ne nous aide pas, déjà que la communication sans masque est compliqué, avec le masque c’est pire », fait savoir Diego Matiabu, sourd et membre de l’ONG Jeunesse Sourde Ambitieuse (JSA).

Selon ce sourd, le port du masque comme un obstacle de plus dans leur vie quotidienne. Lire sur les lèvres est essentiel pour communiquer avec ceux qui n’utilisent pas la langue des signes.

Pour Erichine Mbayo, présidente de JSA, porter un masque bien recouvert pour une personne atteinte de surdité est une difficulté dont elle ne sait faire face. « Voilà la raison qui a poussé quelques jeunes sourds de France et de Belgique à pouvoir fabriquer des masques lavables et réutilisables avec fenêtre pour faciliter la lecture labiale pour des personnes sourdes et malentendantes », explique-t-elle.

La surdité est un handicap physique invisible qui n’aide pas ceux qui la portent à pouvoir s’épanouir . Les sourds dans notre société font partie de ces personnes les plus exposées à la crise économique.

« Ayant une capacité d’adaptation moyenne sur les évènements, les Sourds sont butés à ce problème qui est la survie, car n’ayant pas d’activités assez rentable ou carrément pas d’activités, ils consacrent leur temps à mendier ou dépendre des dons ou per diem que peuvent leur offrir d’autres personnes dans l’espoir de renouer le deux bouts du mois », dit Erichine Mbayo. Et de poursuivre : « comme si ça ne suffisait, la covid-19 est venue encore empirer les choses. Non seulement ils n’ont plus la possibilité de se trouver de l’emploi ou de bâtir une activité génératrice de revenus mais aussi ils ne peuvent plus continuer de faire avancé leurs activités avec les restrictions des activités ».

D’après la présidente de JSA, cette crise sanitaire a rendu la vie difficile au sein de tous les sourds ainsi que leurs organisations. « Nous nous sentons jusqu’à présent incapable d’assurer le confort de tous. Et nous pensons qu’une chaine de solidarité en leur faveur leur serait d’une grande aide », plaide Erichine.

Read Previous

Kinshasa : levée de l’Etat d’urgence, les gestes barrières bafouées

Read Next

Kinshasa : Retour sur une marche sans gaz lacrymogènes

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *